Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/o104154/public_html/plugins/content/articlebookeffect/articlebookeffect.php on line 240

Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/o104154/public_html/plugins/content/articlebookeffect/articlebookeffect.php on line 98
couverture_tome01_575x650px
livre_info_page_01
livre_info_page_02
Nous sommes en -3000 ( et oui, il y a plus de 5000 ans ! ) l'empereur Chinois Fou-Xi présente un symbole magique, à savoir « L'octogone à trigramme ».
Feng Shui 250px 01

- 500 :
Soit 2500 ans plus tard, du Moyen Orient apparait les premier outils de calcul à savoir l’abaque et le boulier.

-300 :
Aristote le philosophe Aristote né en 384 av.J.C à Stagire en Macédoine, décédé à Chalcis en Eubée en 322 av.J.C. définit ce qu’est la logique. Dans les traités d’Aristote consacrés à la logique, rassemblés au IIème siècle ap. J-C. sous le nom d’Organon, c’est-à-dire Instrument de la pensée, Aristote s’attache à la démonstration, c’est-à-dire au syllogisme partant de prémisses vraies et premières et procédant de manière scientifique et rigoureuse. Par syllogisme, on entend un discours dans lequel, certaines choses étant posées, quelque chose d’autres que ces données en résulte nécessairement par le seul fait de ces données (ex : Je suis un homme : tous les hommes sont mortels ; donc je suis mortel).


1580 :
John Napier John Napier   né en 1550 à Merchiston près d'Édimbourg,
décédé le 4/04/1617 au château de Merchiston.
(Neper en France), Théologien, physicien, astronome et mathématicien écossais inventa les logarithmes.
Dans le but de simplifier les calculs trigonométriques qui lu étaient nécessaires en astronomie, John Neper s’efforça de définir le logarithme d’un sinus en s’appuyant sur des considérations mécaniques de points mobiles et sur le lien entre les progressions arithmétique et géométrique.

Partant de la relation : 2 sin(A) sin(B) = cos(A - B) - cos(A + B) il cherche deux suites de nombres telles que l'une croît dans une progression arithmétique pendant que l'autre décroît dans une progression géométrique.

De nos jours nommé Logarithme naturel ou Logarithme népérien et noté Ln.


1617 :
Henry Briggs Henry Briggs  né en février 1556 à Warley Wood dans le Yorkshire, décédé à Oxford le 26/01/1630. , boulversé par la lecture de "Mirifici Logarithmorum Canonis Descriptio" de John Napier (Néper) lui rendit visite en 1616 pour lui faire part de ses idées concernant la simplification de ses tables de logarithmes. En 1617, Henry Briggs publia ses premières tables de nouveaux logarithmes décimaux "Logarithmorum Chilias" prima.
Le logarithme décimal est la fonction réciproque de la fonction f(x)=10x :


pour x>0, si y = log(x) alors x=10y
log(230) = log(2,3 . 102) = log(2,3) + log(102) = log(2,3) + 2
log(0,00432) = log(4,32 . 10-3) = log(4,32) + log(10-3) = log(4,32) - 3
log(x) = log(a.10n) = n + log(a)


1623 :

Wilhelm Schickard Wilhelm Schickard  né le 22/04/1592 à Herrenberg, mort de la peste bubonique le 23/10/1635 à Tübingen. , pasteur luthérien allemand, devenu professeur d'astronomie à l’université de Tübingen, rédige une lettre à Kepler entre 1623 et 1624 dans laquelle il décrit une machine à calculer de son invention, capable de faire des additions et des soustractions sur des nombres jusqu’à 6 chiffres quand à la multiplication et la division elles étaient réalisées à l’aide de bâtons de Napier. Schickard fit construire en 1624 un prototype de sa machine qui fut détruite dans un incendie avant la fin de sa réalisation. Une réplique de la machine de Schickard fut réalisée d’après ses plans en 1960 mais il a fallu en modifier les plans pour quelle fonctionne correctement.



machine Wilhelm Schickard 400px
Réplique de la machine de Schickard.
1623 : Françis Bacon Françis Bacon  né le 22/01/1561 à Londres et mort à Highgate en 1626. invente de l'Alphabet bilitère.

Alphabet Bilitère de Françis Bacon

Dans un système stéganographique de son invention qu'il baptisera Alphabet Bilitère, le philosophe Francis Bacon commençait par remplacer les vingt-quatre lettres de l'alphabet par des arrangements des deux lettres A et B en groupes de cinq (voir tableau page précédente).
A cette époque, l'alphabet était composé de 24 lettres, en effet le "i" se confondait avec "j" et "u" avec "v".
Par exemple pour passer le message « poison » à tous les hôtes d’un repas chez quelqu’un on peut utiliser la phrase suivante (en remplaçant les lettres en script par B et les autres par A) :

Alphabet Bilitère de Françis Bacon
Passer la souris sur les tableaux pour afficher le code
1632 :
Après John Napier qui invente les logarithmes (Ln) puis Edmund Gunter qui crée l’échelle logarithmique c’est au tour de l’anglais William OUGHTRED qui à l’idée de juxtaposé deux règles logarithmiques, inventant par là même la règle à calcul. Il fut également le concepteur de l'une des formes de disque à calcul, décrite dans son traité The Circles of Proportion and the Horizontal Instrument en 1632.
The Circles of Proportion and the Horizontal Instrument
Il s’agit d’un disque comportant une échelle logarithmique circulaire munit de deux curseurs pouvant se déplacer soit individuellement, soit conjointement. Une autre forme de disque à calcul est composée d’un seul curseur sur plusieurs plateaux tournants. Début du 21ème siècle, seule la firme japonaise Concise continue de fabriquer des disques à calcul, comme le modèle ci-dessous, toujours disponible à la vente. regle à calcul Concise
Passer la souris sur l'image pour afficher le verso








-------------------------------








Fin du tome I
couverture_dos

joomla templatesjoomla template
2017  Phanelle  globbers joomla templates